tortiller


tortiller

tortiller [ tɔrtije ] v. <conjug. : 1>
• 1419; tortoillier v. 1200; probablt réduction de entortiller
I V. tr. Tordre à plusieurs tours (une chose souple), notamment par nervosité. Tortiller ses cheveux, sa moustache. « Je restai debout au milieu de la pièce, en tortillant mon chapeau entre mes doigts » (A. Daudet). Se tortiller les doigts, les remuer en les tordant. II V. intr.
1(1640) Se remuer en ondulant. « Ces jolies personnes qui vont trottant menu [...] et tortillant un peu des hanches » (Beaumarchais). balancer, remuer. Danser en tortillant des fesses.
2Loc. fig. Il n'y a pas à tortiller, à prendre des détours, à hésiter. ⇒ tergiverser. « Il lui faut son argent [...] , il n'y a pas à tortiller » (Balzac).
III ♦ SE TORTILLER v. pron. (1768) Se tourner de côté et d'autre sur soi-même. Se tortiller comme un ver. Se tortiller sur sa chaise. « Il se tortillait comme une anguille [...] mais je l'avais bien bâillonné » (Maupassant). Fig. « nos artistes se tortillent à chercher du nouveau » (Alain). ⊗ CONTR. Détortiller.

tortiller verbe transitif (de entortiller) Tordre quelque chose plusieurs fois sur lui-même : Tortiller son mouchoir par nervosité. Tourner, agiter vivement une partie du corps : Cheval qui tortille sa croupe. Synonyme de ourdir. ● tortiller (synonymes) verbe transitif (de entortiller)
Synonymes :
tortiller verbe intransitif Tortiller des hanches, des fesses, leur imprimer un mouvement exagéré en marchant. Familier. Il n'y a pas à tortiller, il n'y a pas à chercher des complications, à hésiter. ● tortiller (expressions) verbe intransitif Tortiller des hanches, des fesses, leur imprimer un mouvement exagéré en marchant. Familier. Il n'y a pas à tortiller, il n'y a pas à chercher des complications, à hésiter. ● tortiller (synonymes) verbe intransitif Familier. Il n'y a pas à tortiller
Synonymes :

tortiller
v.
d1./d v. tr. Tordre (une chose) sur elle-même à plusieurs reprises, tourner et retourner. Il tortillait nerveusement son mouchoir.
d2./d v. intr. Tortiller des hanches: marcher en balançant les hanches.
d3./d v. Pron. Se tordre sur soi-même, de côté et d'autre, s'agiter en tous sens. Serpent qui se tortille. Se tortiller sur sa chaise.

⇒TORTILLER, verbe
A. — Empl. trans.
1. Tordre une chose souple plusieurs fois et de façon plus ou moins régulière. Tortiller du fil, de la ficelle, un mouchoir, un ruban, ses cheveux. Laurence, assise sur le tabouret du piano, tortillait nerveusement une rose entre ses doigts (THEURIET, Mais. deux barbeaux, 1879, p. 64). M. Guérou prit un journal sur la table, en fit une espèce de torche, qu'il acheva de tortiller soigneusement, l'alluma, saisit la liasse et jeta le tout, pêle-mêle, dans la cheminée (BERNANOS, Imposture, 1927, p. 433).
Empl. pronom. réfl. indir. L'officier se tortille la barbiche, l'impériale (ARNOUX, Paris, 1939, p. 328).
a) Spécialement
) MENUIS. Tortiller une mortaise. ,,L'ouvrir avec un laceret ou une tarière`` (BARB.-CAD. 1971).
) RELIURE, vieilli. ,,Tordre les ficelles du dos d'un livre quand elles ont été mises à la colle`` (CHESN. t. 2 1858).
b) Tortiller ses/les doigts, ses/les oreilles (de qqn). Les tordre, les tourner et les retourner. — Petit drôle, dit l'abbé souriant et prenant l'oreille de Lucien pour la lui tortiller avec une familiarité quasi royale (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 712). Des petites filles en costumes locaux s'approchèrent de nos tables. (...) Au moindre geste, (...) elles tressaillaient, tortillaient leurs doigts, cachaient leurs cheveux (BARRÈS, Voy. Sparte, 1906, p. 41).
2. Remuer en ondulant.
Pop., fam. Tortiller ses fesses, son derrière, sa croupe. Leur imprimer un mouvement exagéré de balancement. Il pleuvait drôlement sur sa mercerie, à cette belle blonde (...) qui tortillait tant son derrière, autrefois, dans sa belle boutique bleue (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 701).
Empl. pronom. Se tordre, se tourner de côté et d'autre, se trémousser. Dans les réunions publiques, il lui arrivait, en fin de séance, après être demeuré deux heures à se tortiller sur son banc, de bondir tout à coup à la tribune (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 42). Le café des Deux Magots (...) est un établissement assez prétentieux (...) où des Américaines (...), viennent bâiller et se tortiller devant les derniers surréalistes (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 158).
Se tortiller comme un ver. Gesticuler de tous côtés. [Flore] se tortillera comme un ver, elle jappera, elle fondra en larmes (BALZAC, Rabouill., 1842, p. 517).
3. Arg. ou pop.
a) Manger. Monsieur confesse qu'à vrai dire il tortillerait volontiers quelque chose. On se met à table (COURTELINE, Vie mén., Retour du territ., 1927, p. 212).
Absol. J'avais une si belle faim, que je fis l'admiration de la troupe. « À la bonne heure! dit Biboche (...) c'est plaisir d'inviter des amis qui tortillent comme çà » (MALOT, R. Kalbris, 1869, p. 191).
b) Vaincre, battre quelqu'un (dans un jeu ou un combat).— Salut, Pépito, qu'est-ce que tu racontes à ce damier? [demanda Bernard] — J'm'exerce pour battre Jacquot. Cette petite rosse m'a tortillé comme un bleu, l'autre soir qu'il est venu (FALLET, Banl. Sud-Est, 1947, p. 207).
c) Tuer, faire mourir. Elle raconta l'agonie de Madame Bijard (...) Le ventre a enflé. Sans doute, il lui avait cassé quelque chose à l'intérieur. Mon dieu! en trois jours, elle a été tortillée (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 614):
... Nicolo disait au serrurier: — Vois-tu, l'enfant, pour tortiller proprement un homme, ce n'est pas plus malin que ça... On lui prend le cou entre ses dix doigts, et puis on appuie le pouce juste sur la pomme d'Adam, tu sais? On appuye un coup sec, bien fort... Et v'là tout, l'homme est flambé!
PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 546.
4. Au fig., fam. Rendre plus compliqué en prenant des détours. Tortiller sa pensée, ses idées. Ils ont fourré des participes, tendu des embûches de pluriels équivoques, dans cette dictée qui arrive à n'avoir plus aucun sens, tant ils ont tortillé et hérissé toutes les phrases (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 195).
B. — Empl. intrans.
1. Tortiller des hanches, des fesses, de la croupe. Se déplacer avec un déhanchement exagéré. Chemin faisant, à la recherche d'un gîte, nous apercevons deux petites femmes qui tortillent des hanches; nous les suivons (HUYSMANS, Soir. Médan, Sac au dos, 1880, p. 134).
Empl. pronom. Se tordre avec des mouvements répétés. C'était un gamin de quatorze ans que les gardes-marine avaient découvert à fond de cale et amené au patron de la barque.Vingt coups de garcette, s'était écrié le capitaine, et flanquez-le-moi par-dessus bord! Le pauvre gosse se tortillait de la croupe, hurlait, invoquait la sainte Vierge (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 11).
2. Vx, pop. Tortiller de l'œil. Mourir. Synon. tourner de l'œil. Mon cher Monsieur Eugène, répondit-elle, vous savez tout comme moi que le père Goriot n'a plus le sou. Donner des draps à un homme en train de tortiller de l'œil, c'est les perdre, d'autant qu'il faudra bien en sacrifier un pour le linceul (BALZAC, Goriot, 1835, p. 300).
3. Au fig.
a) Pop., fam. User de détours, de subterfuges. Synon. hésiter, louvoyer, tergiverser. Carabin, répliquait une voix de femme, parlez-moi avec la franchise de votre âge. Je veux sauver mon Jérôme, voyez-vous. Si vous n'êtes pas de force, avouez-le sans tortiller. J'irai chercher M. Dupeytrin, s'il le faut. Il en coûtera ce qu'il en coûtera (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 40).
Locutions
(Il n')y a pas à tortiller (pop., fam.). Il n'y a pas à hésiter. — Il n'y a plus à tortiller, s'écria Pierrefonds: Notre argent, nos papiers, et bon voyage. Vous voyez vous-même comme ça chauffe, Monsieur Maurice (GOZLAN, Notaire, 1836, p. 261). Voici mon plan de campagne. Demain, Ferdinand, tu t'arranges pour que maman t'accompagne à Paris. Pas à tortiller. Le prétexte est simple (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p. 190).
Y a pas à tortiller du cul (pour chier droit) (vulg.). — S'il avait été tué, on lui aurait trouvé son corps, on l'aurait eu vu d'l'observatoire. Y a pas à tortiller du cul et des fesses (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 255).
b) Arg. Avouer. Synon. se mettre à table. Sur quatre que vous étiez [pour ce vol], il y en a un qui a tortillé (VIDOCQ, Mém., t. 3, 1828-29, p. 202).
C. — Empl. pronom.
1. Se tortiller + compl. prép.
a) S'enrouler sur soi ou autour de quelque chose. Quelques vignes maigres se tortillent autour de leurs échalas (HUGO, Rhin, 1842, p. 135). Ses petits cheveux, frisés en toison, des cheveux de soie fine et d'or pâle (...) se tortillaient sur sa tête en mille boucles (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 351).
b) Effectuer un parcours sinueux ou en spirale; tourner. Une petite route se tortillait de plaisir entre des boqueteaux et des prairies (ROMAINS, Copains, 1913, p. 126). Tous ces escaliers suivis de rampes noires, qui mènent en se tortillant dans les étages et les caves (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 182).
2. [Sans compl. prép.]
a) Adopter une forme enroulée; s'enrouler sur soi-même. Les balcons, les grilles, les frises, rien n'est droit, tout se tortille, se contourne, s'épanouit en fleurons, en volutes, en chicorées (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 301).
b) Au fig. User de complications, faire des efforts désespérés pour. Quand je vois que nos artistes se tortillent à chercher du nouveau et de l'inouï, je me permets de rire (ALAIN, Propos, 1921, p. 226).
Empl. pronom. réfl. indir. Et voilà cette poseuse à se tortiller (...) l'esprit à l'effet de nous étonner par l'originalité de ses idées (GONCOURT, Journal, 1894, p. 602).
REM. Tortillé, -ée, part. passé en empl. adj., hérald. [En parlant de la tête de Maure] Dont le tortil est d'un autre émail qu'argent (d'apr. CRAYENCOUR Hérald. 1985).
Prononc. et Orth.:[], (il) tortille []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Verbe trans. 1. ca 1200 tortoiller « tordre serré » (Roman de Renart, éd. M. Roques, branche V, 12799); 1752 tortiller une mortoise (Trév. Suppl.); 1858 tortiller les ficelles (CHESN. t. 2); 2. 1360-70 « tourner de çà de là à plusieurs reprises » (Baudoin de Sebourc, XVII, 138 ds GDF. Compl.); 1573 se tortiller la queue (LARIVEY, Nuits de Strapar., t. I, p. 93, ibid.); 3. 1821 « manger » (ANSIAUME, Bagne Brest, f° 35, r°,435). B. Verbe intrans. 1. 1640 tortiller des fesses (OUDIN Curiositez); 1690 tortiller du cul (FUR.); 1783 tortiller des hanches (BEAUMARCHAIS, Mariage de Figaro, III, 5); 2. 1669 « chercher des détours, des subterfuges » (WIDERHOLD Fr.-all.); 1723 il n'y a pas à tortiller (GUY, Voyage Littérature de la Grèce, p. 199); 3. 1808 tortiller de l'œil (HAUTEL t. 2). C. Verbe pronom. 1. 1768 « se tordre avec des mouvements répétés » (DIDEROT, Salon de 1767, p. 186); 2. 1842 « être disposé en spirale » (HUGO, loc. cit.); 3. 1842 « faire des efforts en vue de quelque chose » (SUE, Myst. Paris, t. 3, p. 29). Dér. régr. de entortiller plutôt qu'issu d'un lat. pop. tortiliare, dont l'existence n'est appuyée par aucune forme rom. (FEW t. 4, p. 771). Fréq. abs. littér.:263. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 163, b) 555; XXe s.: a) 423, b) 420. Bbg. QUEM. DDL t. 19, 32.

tortiller [tɔʀtije] v.
ÉTYM. V. 1400, attestation isolée; tortoillier, 1220; d'un lat. pop. tortiliare, dér. de tortilis « enroulé », ou de intortiliare. → Entortiller.
———
I V. tr.
1 Tordre à plusieurs tours (une chose souple). || Tortiller des fibres. Cordeler. || Tortiller ses cheveux, ses moustaches. || Tortiller son mouchoir par nervosité.Par ext. Tordre (à plusieurs reprises). || Tortiller l'oreille, les doigts de pied de qqn; se tortiller les doigts (→ Pomme, cit. 13).
1 Je restai debout au milieu de la pièce, en tortillant mon chapeau entre mes doigts.
Alphonse Daudet, le Petit Chose, I, V.
2 — Flaubert nous dit que lorsqu'il était enfant, il s'enfonçait tellement dans ses lectures, en se mordillant la langue et en se tortillant une mèche de cheveux avec les doigts (…)
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 4 janv. 1863, t. II, p. 64.
2.1 L'enfant n'avait pas levé les yeux, mais se sentant observé, il tortillait avec ses deux mains un pli de son tablier noir d'écolier.
M. Aymé, le Passe-muraille, p. 128.
2 (Déb. XVIIe). Tourner de côté et d'autre, remuer en ondulant.
Fig. || Tortiller sa pensée, lui faire prendre des détours compliqués.
3 (Déb. XIXe). Fam. Manger complètement et rapidement. || Tortiller un plat. || Le rôti a été vite tortillé.Vaincre rapidement (qqn). || Il s'est fait tortiller en deux rounds.Par ext. Faire, enlever rapidement.
3 (…) elle raconta l'agonie de madame Bijard, sa laveuse, morte le matin, après d'épouvantables douleurs. — Ça venait d'un coup de pied (…) en trois jours, elle a été tortillée (…)
Zola, l'Assommoir, VIII, t. II, p. 26.
———
II V. intr.
1 (1640). Se remuer en ondulant. || Tortiller des hanches (cit. 6), de la croupe. Balancer (se), déhancher (se).
2 (1756, in D. D. L.). Fig. Il n'y a pas à tortiller, à prendre des détours, faire des histoires, hésiter (cf. Tourner autour du pot).
4 Il lui faut son argent demain, il n'y a pas à tortiller (…)
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 715.
Loc. fam. Il n'y a pas (y a pas) à tortiller du cul pour chier droit.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
se tortiller v. pron.
ÉTYM. (1872).
Se tordre avec des mouvements rapides ou répétés, se tourner de côté et d'autre sur soi-même. || Se tortiller comme un ver, un serpent (→ aussi Remords, cit. 5). Replier (se). || Le feu follet se tortillait (→ Conjuration, cit. 9).Par ext. (Choses). Avoir une forme tourmentée. || Dessins onduleux (cit. 1) qui se tortillent comme des fumées de cigare.
5 Les balcons, les grilles, les frises, rien n'est droit, tout se tortille, se contourne, s'épanouit en fleurons, en volutes, en chicorées.
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 229.
6 Il se tortillait comme une anguille (…) mais je l'avais bien bâillonné, il ne pouvait pas crier.
Maupassant, l'Inutile Beauté, « Champ d'oliviers », III.
(XXe). Fig. || Se tortiller pour (faire qqch.) : faire des efforts embarrassés et pénibles pour… || Se tortiller à…
7 Quand je vois que nos artistes se tortillent à chercher du nouveau et de l'inouï, je me permets de rire.
Alain, Propos, 21 mai 1921, Artisans et artistes.
——————
tortillé, ée p. p. adj.
Tordu plusieurs fois. || Plusieurs de ces cordons tortillés ensemble (→ Corde, cit. 3). || Draps tortillés en bouchons (cit. 1). || Cravate tortillée comme une corde. || Moustache tortillée au petit fer ( Frisé).
8 (…) c'est elle que je vois, entière, avec ses jambes et son doux ventre et ses deux seins pleins que le corsage tenait, et sa belle tête aux tresses tortillées.
J. Giono, Un de Beaumugnes, Pl., t. I, p. 225.
COMP. et CONTR. Détortiller.
DÉR. Tortillage, tortillard, tortille, tortillement, tortillère, tortilleur, tortillis, tortillon.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tortiller — Tortiller. v. act. Frequentatif. Il ne se dit que des choses faciles à plier, comme le papier, la filasse, le ruban &c. Tortiller du ruban, une corde, un cordon, du papier. tortiller des cheveux. Il signifie fig. Chercher des destours, des… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Tortiller — Surtout porté dans l Ain, le nom s écrit aussi Tortillet, Tortillier. On hésitera entre un marchand de tourtes (ancien français tortelier ) et celui qui fabrique des flambeaux, des torches (ancien français tortil ). Le nom voisin Tortillon (45)… …   Noms de famille

  • tortiller — (tor ti llé, ll mouillées, et non tor ti yé) v. a. 1°   Tordre à plusieurs tours une chose facile à plier. Tortiller du papier, des cheveux. •   Comme elle tortillait son tablier avec une petite moue gentille !, GENLIS Théât. d éduc. Vrai sage,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TORTILLER — v. tr. Tordre à plusieurs tours; il ne se dit qu’en parlant des Choses souples, comme le papier, la filasse, le ruban, etc. Tortiller du ruban, une corde, un cordon, du papier. Tortiller des cheveux. Il s’emploie aussi intransitivement et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • TORTILLER — v. a. Tordre à plusieurs tours. Il ne se dit qu en parlant Des choses faciles à plier, comme le papier, la filasse, le ruban, etc. Tortiller du ruban, une corde, un cordon, du papier. Tortiller des cheveux.   Il se dit, avec le pronom personnel,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • tortiller — vt. , tordre : vartolyî (Albanais.001, Annecy.003b, Thônes), vortolyî (003a) ; tortilyî (001). A1) se tortiller en marchant, tortiller tortiller des hanches // du derrière, rouler des mécaniques, marcher en jouant des hanches : sagonyî… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Tortiller — Franck Tortiller (* 1963) ist ein französischer Jazz Vibraphonist, Marimba Spieler, Komponist und Bigband Leader. Tortiller studierte am Konservatorium von Dijon und danach in Paris am CNSMDP (Conservatoire national supérieur de musique et de… …   Deutsch Wikipedia

  • tortiller — Boiter …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

  • Tortiller des hanches, des fesses — ● Tortiller des hanches, des fesses leur imprimer un mouvement exagéré en marchant …   Encyclopédie Universelle

  • tortiller du cul —    , ou tortiller des fesses.    Se trémousser sous l’homme. Hésiter, faire des manières. On dit aussi: tortiller de la crinoline, c’est à dire: se déhancher, soit en dansant, soit en marchant pour allumer les galants.         Quand on va boire à …   Dictionnaire Érotique moderne